L’amour, une énigme ?

 » L’amour que l’on a en soi, on l’emporte avec soi « 

L’amour se vit, l’amour s’écoute, l’amour se regarde, l’amour se dévoile dans les petits gestes de chaque jour. L’amour est partout, il vous suffit d’enlever vos oeillères et de regarder autour de vous.
Abandonnez vos peurs.

Des êtres proche de vous, vous aiment, aimez les en retour.

Vous verrez comme le monde est différent quand on aime l’autre pour l’autre et non pour soi. Ne soyez surtout pas égoïste, partagez encore et encore…

N’ayez jamais peur de donner des câlins, l’homme moderne associe trop les câlins avec le sex. Et la tendresse bordel ?

Un jour peut-être, l’homme comprendra que ce n’est pas en vivant en compétition avec les autres, qu’il sera plus heureux. Le bonheur n’est pas  une affaire d’argent mais de coeur. Partagez de bons moments et aimez.

L’amour se partage, l’amour se vit à deux ou pas du tout.

Dans le cas d’un amour à sens unique cela apporte une énorme souffrance que l’on essaie tant bien que mal à faire comprendre et accepter à l’élu(e) de son coeur qu’on a un besoin vital de son amour pour survire. On souffre le martyre, on se ronge la santé, on voit l’autre partout, dans tout ce qui nous entoure un souvenir s’y attache.

L’amour est une énigme pour celui qui ne l’a jamais rencontré.

 » Le mystère de la vie, le mystère de l’Homme. »

N’essayons pas de faire croire que l’on sait car en venant au monde l’on a oublié tout ce que l’on avait appris dans une vie passée. Nous ne devons rien attendre de la vie, c’est la vie qui a tout à attendre de nous.

La vie nous a été donnée, au moment venu ce sera à nous de rendre nos comptes. Les fleurs de demain sont les graines d’aujourd’hui. Rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme.

Il en va de même avec notre corps physique et ce depuis notre conception. Nous passons ainsi après notre naissance, au stade de l’enfance, de l’adolescence à l’âge adulte, puis la vieillesse avec sa lente décrépitude avec comme bouquet final une couronne, la mort.

C’est ainsi que nous évoluons, nous changeons, nous nous transformons pour toujours être vivant. Vivre est éternel, mourir est comme la naissance, un simple moment de renouvellement.

N’ayez pas peur de la mort, c’est juste un passage indolore,

ayez peur de ne pas avoir vécu, car vos regrets feront partie du voyage. On n’est jamais seul au moment de partir.

Nous avons tous des souvenirs différents de notre passage sur terre, un jour pourtant on en repartira et sera venu alors le moment pour nous de nous REMÉMORER notre vie dans sa totalité. Les bons comme les mauvais moments feront partie de notre examen intérieur.

Avons-nous réussi notre vie ?

Qu’avons-nous fait de notre vie ?

Combien avons-nous aimé ?

Toi seul pourra y répondre, aucun jugement sera fait !

Une fois là bas, il n’y aura plus de toi ni de vous mais juste nous car nous formons un tout.

Devrons-nous encore revenir ? Il y a de fortes chances que oui.

Mais qu’importe car au bout de la route, on rentre tous à la maison pour s’y ressourcer et faire le bilan de cette dernière vie. Ne soyez pas triste, n’ayez pas peur, quelqu’un sera là pour vous donner la main.

Au final, nous ne partons jamais vraiment définitivement, 

nous passons juste dans la pièce d’à côté et devenons ainsi invisible mais nous sommes toujours là.

D’ici là, va, vis et sois heureux maintenant.

Armand

Publié par

Armand Henderyckx

Armand Henderyckx est né en 1958 à Bruxelles, ce qui fait de lui un jeune retraité.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s