Décollons nos étiquettes !

NE PERDEZ PLUS VOTRE TEMPS.
MORDEZ LA VIE À PLEINES DENTS.

Nous ne sommes pas ce que nous mangeons, je ne suis pas une étiquette.
Au menu du jour, permettez-moi de vous servir une petite tranche de ma vie. Aujourd’hui, trop de personnes donnent une importance démesurée à ce qu’ils mangent. Ce qu’il y a dans leur assiette est tellement important qu’ils en oublient toutes les règles de convivialité et de politesse à la table de la vie.

Qui sommes-nous pour attaquer celles et ceux qui mangent de la viande ? Qui es-tu pour critiquer les gens qui se disent végétariens ou végétaliens ?Il y a d’une part les gens qui se nourrissent d’animaux élevés dans des conditions des plus déplorables et tués à la chaîne dans un abattoir sans aucune compassion.Puis il y a les autres, ils ont décidé de ne plus manger que des légumes, des fruits, des noix et des céréales.

Quand parfois ce petit monde se retrouve autour d’une table, il n’y a plus de partage d’un bon moment, non chacun y va dans ses déclarations sanglantes.
– Comment peux-tu bouffer du cadavre ? Tu sais ce que c’est un oeuf ? Un ovule non fécondé, tu me dégouttes.
– Et toi la C… qui mange des carottes et des courgettes. Qui te dit que les légumes ne souffrent pas ? Tu la ramènes moins hein ?
– Con…. Crève avec ta barbaque ! Tout le monde passe ainsi une excellente soirée de réveillon de Noël, la fête est réussie. C’est une jolie bagarre d’insultes

.Avant la bûche, il y a eu le foie gras, les huîtres, les escargots, les cuisses de grenouilles et bien entendu la belle et grosse dinde que l’on a bien farcie.Tout le monde y a été de vive voix, je nous fais cadeau du vocabulaire. Et si on prenait enfin la décision d’enlever nos étiquettes derrière lesquelles on se positionne, fière comme un lion qui va achever sa proie ?

En ce qui me concerne, je m’y suis engagé, et ce depuis quelques années… mais avant, j’avoue, je faisais partie des colleurs d’étiquettes et je vous assure que j’étais très agressif !
« Je suis végétarien, je suis végétalien, je suis frugivore, je suis crudivore, je suis omnivore, je suis ce que je suis, m… à la fin. »Arrêtons de mettre aux autres des étiquettes pour les cataloguer encore et encore comme de vulgaires marchandises.

N’avez-vous jamais remarqué qu’avant, vous étiez comme eux ? Vous mangiez comme eux, vous utilisiez du cuir, du parfum et des produits cosmétiques testés sur animaux.Et puis un jour, l’ampoule s’est allumée dans votre tête et depuis lors, vous dites à ceux que vous rencontrez qu’ils sont dans l’erreur, que ce n’est pas bon, que ce n’est pas bien, qu’ils doivent changer, etc…

Il faut manger cela et pas cela, ne mange pas le matin, ne bois pas en mangeant, ne mélange pas tes aliments, et zut quoi, laissons leur la paix. Arrêtons de nous croire supérieurs aux autres, car le danger est là, c’est de commencer à se prendre pour des élus, une petite minorité de personnes qui ont tout compris et qui veulent imposer leurs convictions aux autres ignorants. » Notre jour de gloire est arrivé, nous sommes là, vous êtes sauvés! »

Avec le recul, je n’en suis plus aussi certain, ce qui est bon pour l’homme à une époque de sa vie ne l’est plus nécessairement à une autre. L’homme change à travers ses différents âges, ses besoins sont différents, enfin cela est un autre débat qui n’a pas lieu à être débattu ici.

Avons-nous seulement pensé un instant qu’en agissant ainsi, en les critiquant inlassablement on peut leur faire de la peine, pour certains cela va même créer un réel chagrin ?Sur internet, enlevons nos masques derrière lesquels nous sommes tellement à l’aise pour nous cacher. En effet , il est plus aisé de s’exprimer et se proclamer, seul détenteur de la seule vérité, caché trop souvent derrière son écran d’ordinateur.

Déshabillons-nous, retirons ce costume qui finalement ne nous va pas du tout. On s’en sert juste pour cacher nos propres défauts, nos imperfections et se montrer ainsi aux autres sous un meilleur jour.C’est en pointant le doigt encore et encore sur les imperfections des autres que l’on parvient à occulter les nôtres dont on n’est souvent pas fier du tout.

C’est comme le chien qui aboie, il le fait très souvent, car il a peur de vous.Arrêtons de nous croire meilleurs, car on ne mange pas d’animaux. Il y a des personnes qui mangent de la chair animale et qui investissent toute leur énergie pour leur venir en aide.  » Ce n’est pas bien de manger un animal direz-vous, certes, mais par leurs gestes de tendresse, eux au moins ils s’en occupent pendant qu’ils sont encore en vie.Ils ont eux aussi un grand respect pour toute vie.

Le respect, voilà le mot qui m’est venu à l’esprit ce matin.Que souhaiter aux personnes de ma famille, de mon entourage et à vous qui me lisez ? Le respect !Je vous le dois, car je suis comme eux, comme vous, un simple humain bourré de défauts. Tout ne tourne pas autour de la nourriture ni du mode de vie !

Laissons chacun vivre la vie comme il le désire, certes nous pouvons les informer une fois, deux fois, mais après stoppons, cela devient du harcèlement et c’est lourd à supporter.Ne vous étonnez pas si les gens s’éloignent de vous, finalement vous resterez seul avec votre petit groupe d’élus. » Beaucoup de végétariens, de végétaliens le sont dans leurs assiettes, mais sont carnivores dans leurs relations avec les autres. »Au diable les étiquettes, décollez-les et mettez-les à la poubelle…

Végétarien depuis 1998, vegan durant quelques années, frugivore, crudivore, et depuis quelques semaines je remange des sardines et j’aime ça.Et vous savez quoi ? Je suis toujours la même âme qui tout comme vous, est venue pour faire ce qu’elle avait à faire, animer un corps humain et partager un moment avec les humains et les animaux qui m’entourent.L’essence de la vie ce n’est pas ce que vous mangez, ce n’est pas non plus vos opinions politiques ni vos convictions.

Non, ce qui est vital c’est ce que vous donnez aux autres, c’est l’amour que vous portez à celles et ceux que vous côtoyez, animaux et humains.Et si nous profitions de ce bel été pour faire la paix autour d’une table ? Tous ensemble, partageons une belle tranche de notre vie. Nous avons notre propre vie, ne la gaspillons pas, elle est précieuse, car vous n’avez qu’elle.

Pour terminer ce texte, une immense pensée et un grand élan d’amour pour celles et ceux qui durant ces grosses chaleurs luttent contre la maladie. Ils font de gros efforts pour essayer de prolonger encore un peu leur existence.

S’il n’en tenait qu’à eux, ils auraient quitté la table depuis longtemps, ils l’auraient abandonnée depuis que la vie a commencé à desservir la table. Mais ils s’accrochent pour passer encore un dernier été avec ceux qu’ils aiment, vivre encore une belle soirée en apportant un peu de leur chaleur et de leur amour, pour eux pas question de manger, non juste une dernière fois vous regarder, juste pouvoir vous sentir près d’eux. Juste être là …une dernière fois avant…

Par respect pour ces âmes, je vous demande de déposer vos étiquettes de pacotille et d’aimer la vie. » Ne fêtez pas ce qu’il y a dans votre assiette. Faites la fête avec le coeur. La vraie fête est là, c’est votre vie.

Soyez heureux maintenant.

Armand

4Annita Dedrie, Kikine Mitsykine et 2 autres personnes3 partagesJ’aimeCommenterPartager

Publié par

Armand Henderyckx

Armand Henderyckx est né en 1958 à Bruxelles, ce qui fait de lui un jeune retraité.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s