Le bonheur est une affaire personnelle

J’ai beau le savoir mais…« La culpabilité qui parfois m’étreint ces derniers jours provient du désespoir devant mon impuissance à rendre les autres heureux  »

Comment dès lors réussir à transmettre un message pour les aider ? Pour cela il me faudrait à coup sûr devenir un magicien pour créer une parfaite illusion, mais même ça je suis persuadé que ce n’est plus possible. Les hommes d’aujourd’hui se perdent dans leurs rêves matérialistes.Les rêves de mon adolescence s’évanouissent peu à peu.A soixante-deux ans, puis-je encore espérer y arriver ? Je ne sais pas, je ne sais plus, je suis parfois perdu dans mes pensées.

Pourtant, même si tout cela est vain, je vais continuer, encore et toujours essayer.Après tout, si je n’y parviens pas j’aurais au moins fait de mon mieux. Je n’ai rien à perdre, ni mon temps ni mes espoirs. Je vais de mon côté continuer à apprendre, à me cultiver, engranger d’autres connaissances.Peut-être ne suis-je tout simplement pas capable d’aider les autres à voir clair dans leur vie.Peut-être, avant de dénoncer les problèmes aux autres, dois-je chercher le moyen de les résoudre ?

Peut-être, malgré l’urgence, dois-je encore apprendre plutôt que de brûler les étapes et transmettre un message d’espoir incomplet ?Beaucoup trop de peut-être persiste encore.Je décide donc de ne plus focaliser sur le but et d’arrêter de fixer l’horizon, pour juste me concentrer sur le chemin à parcourir, un mètre à la fois. Je dois profiter de toutes les expériences qui s’offrent à moi, jusqu’à découvrir toujours un peu plus de vérités. Alors seulement je serais prêt à les partager.Je recommence malgré les insultes et les menaces à croire en mes possibilités.

J’ai toujours eu la sensation d’être un décodeur, un relais entre deux mondes, mes nuits en sont la preuve. J’ai toujours su que je n’étais pas de ce monde, je viens d’ailleurs… c’est certain. Je le sens dans ma chair, je le sais dans mon esprit, je le sens dans la moelle de mes os. Mais j’ai perdu la mémoire et j’ai perdu la foi en ce monde.Il m’arrive de perdre espoir dans l’homme. Il ne fait rien pour essayer de comprendre et prendre son destin en main. Il préfère tel un enfant se laisser prendre pas la main pour qu’on lui dise quoi faire, comment penser et surtout de se taire.Parfois durant une fraction de seconde, je doute de l’existence d’une plus vaste réalité mais très vite je me rassure et redeviens lucide.

C’est par là que je dois commencer : me souvenir de la vérité, me rappeler ma vérité.Platon pensait que nous n’apprenions rien au cours de nos vies, que nous ne faisions que nous remémorer le savoir enfoui au plus profond de nous-mêmes, issu de notre connaissance universelle et de nos vies antérieures. Il nommait ce processus « Anamnésis ».

Je dois réussir mon anamnèse. C’est cela le plus important. Je dois me souvenir, à n’importe quel prix. Pour ne plus me sentir inutile. Pour ne plus avoir honte de mon existence. Pour lui donner un sens !
Qui suis-je réellement ?
D’où est-ce que je viens ?
Pourquoi suis-je ici en ces lieux ?

Ce sont toutes des questions auxquelles nous avons les réponses en nous mais que nous avons oubliées pour revivre une nouvelle existence, se parfaire encore toujours plus à chaque nouvelle vie. Mais comme cela me semble fatigant de tout faire pour réapprendre et puis tout oublier dans une autre vie, juste histoire de ne pas se laisser influencer par ses souvenirs et expériences passés.

Tout cela doit donc avoir un sens, et si c’était moi qui avait voulu que ce soit ainsi ?
Quelle vie vivons-nous ?
Dans quel monde vivons-nous ?

La vie dans le monde des réseaux sociaux où…plaisirs et douleurs, espoirs, regrets et déceptions, attirances et répulsions se suivent sans trêve il n’est pas facile pour l’homme d’écouter sa voix intérieur. Trop de bruit en nous !

« Rien ne peut nous rendre plus heureux que de rendre quelqu’un heureux. « Il y a longtemps déjà, j’avais lu cette citation et je l’aimais bien, depuis j’essaie tant bien que mal de la mettre en pratique autour de moi.Il y a quelques temps de ça, une petite voix s’ était faite entendre qui disait « Et si tu chouchoutais ta petite famille ?

Depuis je me fais plaisir en prenant ces mots au sérieux et m’exécute donc pour essayer d’y travailler chaque jour.« Quoi que tu rêves d’entreprendre, commence-le.L’audace a du génie, du pouvoir, de la magie. »Johann Wolfgang von GOETHE

Me voilà donc reparti avec mes textes, des projets plein le coeur , des idées à me bourrer le crâne. Ma bibliothèque est remplie de bouquins sur la santé, la spiritualité, le développement personnel, lire, lire et encore lire, pourtant je sais pertinemment que les réponses ne se trouvent pas dans les pages d’un livre, non, mais j’aime lire, cela me vide la tête et me fait me souvenir…

Chaque matin au réveil depuis longtemps déjà, j’ai instauré cette nouvelle habitude dans ma vie, mon premier geste de la journée est une profonde inspiration et un moment de gratitude envers ce que m’offre la vie.Chaque jour dire merci ma vie.

« Je n’ai pas à me plaindre car c’est un réel bonheur que de se faire plaisir en faisant plaisir aux autres. » Malgré vos déboires, malgré vos moments difficiles, ne laissez jamais quelqu’un vous convaincre que vos rêves sont trop grands.Ce sont les vôtres. N’acceptez jamais le rêve ou l’histoire des autres.
Votre rêve, celui que vous avez toujours eu à l’intérieur, celui qui ira plus loin que ce que les autres pourront en imaginer, suivez-le TOUJOURS

Suivez toujours votre voie, suivez votre petite voix intérieur, elle n’est pas une illusion, non elle existe, son but est de vous aider mais c’est toujours à vous de prendre la dernière décision d’aller à gauche ou à droite sur le chemin, votre chemin de vie, ne l’oubliez jamais !En faisant le silence en vous, vous pourrez l’entendre.

« Si tu fais ce que tu as toujours fait, tu obtiendras ce que tu as toujours obtenu. Comment pourrais-tu imaginer une seule seconde le contraire ?Si tu veux que les choses changent, tu dois d’abord changer les choses toi-même et les choses changeront. » O. Honsperger

Change et le monde changera…

Tentez cette expérience, débranchez vous parfois des réseaux et vous allez vous rendre compte de l’incroyable, vous allez à nouveau commencer à penser par vous-même et non plus par les pensées des autres.Au plus le temps avance, au plus je vieillis, au plus tout devient clair. Je veux devenir de plus en plus riche dans mon coeur car c’est bon de sentir l’Amour.

*** Dans le monde d’aujourd’hui, il existe deux types de pauvreté : la première est due à un manque de nourriture, de vêtements ou de logement ; la seconde, à un manque d’amour et de compassion.Il faut d’abord s’occuper du second genre de pauvreté parce que si nous avons le cœur empli d’amour et de compassion, nous servirons de tout notre cœur ceux qui n’ont pas de quoi se nourrir, s’habiller ou se loger.
*** Amma
Chut… Silence ici on vit….
Soyez Heureux
Armand

Publié par

Armand Henderyckx

Armand Henderyckx est né en 1958 à Bruxelles, ce qui fait de lui un jeune retraité.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s