Je suis riche de ce que je ne possède pas.

J’ai beau regarder devant moi, je ne vois que ce que je suis prêt à voir. Pour chacun de nous c’est la même chose.Demandez à quelqu’un à partir de quelle somme il s’estimerait riche, chaque fois vous aurez une réponse différente.

Pouvez-vous seulement imaginer mon immense fortune ? Non bien sûr, moi-même je ne la connais pas car tout ce que j’ai pu gagner dans la vie je l’ai dépensé pour payer les factures, les loyers, essence, voiture etc… mais surtout pour faire plaisir aux autres et me faire plaisir. Je n’ai rien tenu pour moi, jamais depuis des décennies.
« Que de bonheur de ne rien posséder, tout est dans le partage « 

Mes parents non plus ne possédaient rien et pourtant ils avaient toujours la main sur le coeur. On n’avait pas grand chose mais qu’est ce qu’on était bien. Pas de maison, pas de vêtements de luxe, pas de superflu, que l’essentiel, du pain, du bon beurre et de quoi manger économiquement mais notre assiette était toujours bien remplie.

Encore aujourd’hui trop peu de gens savent que dans la vie nous ne possédons jamais les choses, car en vérité nous en sommes les esclaves, ce sont elles qui nous possèdent.

Celui qui possède les choses a toujours peur de se les faire voler, de les perdre ou d’ abîmer ses acquisitions, après quoi il est très malheureux.L’homme a été conditionné depuis tout petit pour toujours faire et avoir des choses pour l’empêcher de penser et d’être. La société ne veut pas des hommes bien pensants, non juste des grosses panses ne pensant plus et toujours prêts à consommer plus.

Je ne représente rien aux yeux de la société, je n’ ai aucun diplôme, je ne détiens aucune richesse matériel.«  Je suis riche de ce que je ne possède pas »
Je suis important à mes yeux, je suis magnifique et en même temps je ne suis rien. Pourtant je suis unique car aucune copie ne circule. Les gens accumulent encore et encore, toujours plus. Pourquoi ? Pour remplir le vide qu’ils ressentent en eux.

Toutes nos envies sont stimulées par un manque de confiance en nous. On a un vide que l’on pense pouvoir combler en acquérant une nouvelle chose mais aussitôt acquise on ne peut que constater que nous sommes toujours demandeurs, un nouveau trou que l’on n’arrive pas à remplir.

Souvenez-vous que vous disiez qu’après cet achat, ce dernier achat, vous n’auriez plus rien besoin, vous n’achèterez plus rien, mais c’est faux, cela n’arrête jamais. Une envie comblée en appelle aussitôt une autre à combler.
Nous sommes dirigés par notre ego qui ne supporte pas que d’autres personnes que nous soient mieux, plus fort, plus riche, non notre ego en veut toujours plus et plus, sans quoi il se sent pauvre.

C’est hélas une chaîne sans fin, jusqu’à ce que l’on prenne conscience qu’il faut se tourner en soi pour aller sonder notre intériorité. C’est là tout au fond de nous-mêmes que l’on pourra trouver ce qui nous fait tellement défaut.

Il ne faut pas évoluer entre le vouloir, le faire et l’avoir, il suffit juste d’être, enfin suffire est un verbe qu’il faut apprendre à conjuguer avec patience.
J’ai été un de ces hommes, j’ai couru, galopé après des chimères et en amour j’étais infidèle. Je mentais et pourtant je pensais que j’étais un type bien en costume cravate, chaque jour au restaurant, achetant toujours le meilleur en tout. Je voulais toujours la plus grosse, la plus grande de tout ce qui pouvait s’acheter mais intérieurement j’étais un pauvre bougre, très vaniteux et trop jaloux.

Trop souvent triste, car aussitôt mes beaux vêtements enlevés, une fois la lumière éteinte, allongé seul dans le noir, j’étais une âme en perdition. J’étais incapable de me poser la seule question à laquelle je devais essayer de trouver la réponse dans mon existence » Qui suis-je ? « .

Je n’étais rien ni personne, totalement incapable de m’arrêter d’envier ceux qui avaient plus que moi, j’étais sacrément malheureux. Je possédais plein de trucs inutiles à la vie et je n’étais rien, ma vie me semblait vide.

Pascal disait « Nous sommes pleins de choses qui nous jettent dehors. »

Notre vraie richesse ne s’achète pas, elle ne se monnaie pas. Elle se bâtit, elle se mérite, il faut de la patience pour l’obtenir, la récupérer ou la conserver. Je parle bien entendu de notre bien-être spirituel et notre santé physique car sans eux une vie épanouie est impossible ou alors fortement handicapée voir même très diminuée.
Il faut aussi apprendre à maitriser son ego, ce qui selon moi est la tâche la plus difficile mais aussi celle qui durera ad vitam aeternam.

 » L’expérience ce n’est pas ce qui nous arrive, c’est ce que nous faisons avec ce qui nous arrive » Aldous Huxley

Il y aura toujours des hommes qui ne voudront pas voir la vérité en face. Laissez-les courir après la plus belle voiture, vouloir avoir la plus grande maison, être marié à la plus belle femme ou le plus bel homme, car ces derniers aussi sont devenus des signes extérieures de richesse. (tu as vu comme elle est canon ma femme ? Oui je sais, il est trop beau mon mec à moi, il assure grave…)

Souvenez-vous toujours de ceci . Si vous pensez perdre le sens de la réalité, allez dans votre chambre, déshabillez-vous, couchez-vous dans le noir et fermez les yeux et dites-vous  » Et maintenant je fais quoi de ma vie ? « .

Nous sommes juste de passage dans un corps que l’on a façonné en traversant le temps. Quelques hommes en prennent soin alors que d’autres gaspillent ce qui leur a été confié, cette enveloppe physique pour arriver à faire leurs expériences dans cette dimension.

Oui je sais, je m’égare et j’ai certainement déjà perdu les quelques rares personnes qui ont pris la peine de me lire jusqu’à cette ligne.

 » Observez le bonheur autour de vous et vous vous apercevrez que votre enfer vient souvent des autres, ce n’est jamais vous qui êtes responsable de votre malheur. « , enfin c’est ce que vous aimerez vous faire croire. 
 » L’enfer c’est les autres « 

« Je ne veux rien d’autre que la vie, je ne veux même plus la posséder, c’est elle qui fait couler le sang dans mes veines et qui fait battre mon coeur « 

Toutes ces années j’ai voulu remplir, tel le père noël, une immense hotte à jouets. Des objets et de l’argent, je ne voulais pas les partager, je voulais tout entasser pour plus tard. Et un jour je me suis aperçu qu’il y avait un grand trou dans ma hotte, j’avais tout perdu sur ma route, car au fond de moi il y avait un immense vide que jamais je n’étais parvenu à combler.

Il était plus qu’urgent de réparer, de reprendre ma vie en main pour tout restaurer afin de pouvoir par la suite partir sur de nouvelles bases saines et équilibrées. La vie venait de m’offrir une belle leçon, merci.

Morale de l’histoire, « Je ne possède rien mais je suis riche de tout. »
Je n’ai encore jamais vraiment développer cette affirmation. Elle est tellement belle que je veux la garder pour moi jusqu’à mon second roman ou beaucoup de choses seront encore révélées. Je pense qu’une partie de ce texte en fera aussi partie.
En attendant je vous laisse réfléchir à « Je ne possède rien mais je suis riche de tout. »

Je vous quitte avec ces quelques citations qui m’ont été inspirées durant l’écriture de ce texte que je n’ai pas su placer.
 » En voulant trop gagner sa vie on la perd trop souvent. »
 » L’argent n’est utile que quand on s’en sert pour s’enrichir intérieurement. »
 » Ne te préoccupe pas pour ton avenir, occupe-toi de ton présent. »
 » Rien n’est plus provisoire que le définitif, tout est en perpétuel mouvement. »
 » On ne peut donner que ce que l’on possède, celui qui ne s’aime pas ne saura pas aimer. »
Merci de tout coeur d’avoir pris la peine de me lire…

Soyez Heureux Maintenant

Armand

Publié par

Armand Henderyckx

Armand Henderyckx est né en 1958 à Bruxelles, ce qui fait de lui un jeune retraité.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s