Rien que pour vous Mesdames…

Aujourd’hui je ne vais pas vous parler de la femme top modèle.
Non, je vais parler de vous mesdames, non pas vous les midinettes, je m’adresse à vous les dames, les femmes d’âge mûr.
Vous qui portez le passé sur vos hanches, le temps a laissé ses traces et ses bourrelets un peu partout. Les années qui sont passées ont voulu marquer le coup mais aussi sur votre cou.

Vos bras, votre ventre, votre popotin et vos cuisses ont commencé à gonfler.Tout doucement, sans faire de bruit, vous êtes arrivées à un certain âge, un âge certain pour certaines d’entre-vous. Beaucoup n’ont pas été épargnées.

Mais mesdames, votre corps parfois flasque est le fruit de votre vie passée à vous sacrifier pour vos enfants, compagnons, maris ou amants. Vous supportez sur vos épaules le poids d’une vie à vous soucier pour eux, tant pis si vous ne pensiez plus à vous.

Mesdames, sachez que vous continuez de plaire à tout âge, la beauté est dans le regard de celui qui vous mire. Si votre compagnon de vie vous aime, alors vous serez pour lui la plus belle à ses yeux.
Parfois c’est vrai ses yeux se détournent sur d’autres formes que les vôtres mais son coeur lui reste toujours au garde à vous à veiller sur les vôtres.

Ah, si les hommes et les femmes pouvaient se regarder avec les yeux du coeur. Ne pas juger, jamais, car on ne connait pas la vie des gens. Peut-être que cette femme là s’est sacrifiée toute son existence pour le bien-être des siens.

Parfois il est de bon ton de fermer les yeux et d’écouter l’autre avec le coeur, vous verrez, ça change tout. Ne pas médire, ne pas critiquer, sommes-nous tous si parfait ?

La perfection n’est pas de ce monde ou alors je ne l’ai jamais rencontrée. Nous avons tous nos défauts, nos imperfections, acceptons-les.S ouvent à l’entrée de l’hiver de notre vie, on ne se regarde plus beaucoup.
On ne fait plus si souvent l’amour ou alors seulement du bout des doigts. Un peu plus tard même, juste encore du bout des yeux, timidement, discrètement, furtivement, sans faire de bruit pour ne plus trop déranger l’autre.

L’homme et la femme, chacun de son côté vivent un drame, celui de la vieillesse qui vient de toquer à leur porte. Se regarder dans une glace est difficile pour certaines femmes restées très coquettes mais qu’ils sachent que les hommes aussi ont peur de ne plus plaire, de ne plus se voir exister dans le regard de l’autre.

Mesdames, et si on pouvait stopper le temps ?
Non, arrêtez de rêver, on ne peut pas. On doit assumer notre temps venu, notre corps avec ses défauts. Souvent on n’a plus trop la tête, on a tendance à oublier, on ne regarde plus l’autre ou alors juste pour voir s’il nous regarde ou respire encore.

On aimerait tellement revenir en arrière, redevenir cette jeune fille insouciante qui avait toute la vie devant elle, celle qui ne se tracassait de rien sauf de rire et de chanter.

Mesdames, il m’arrive souvent de chanter, seul dans mon coin et je vous assure, ça me fait du bien. Je me regarde alors dans la glace en faisant des grimaces tout en prenant la pose juste un instant. Bien rentrer le ventre et bomber le torse, j’ai encore fière allure.

Mesdames, ne rigolez pas, je sais que vous en faites pareil. Certes, vous n’allez pas pointer les seins vers l’avant, le passé est trop lourd à porter. Non, vous vous contentez de rentrer le ventre et de courber un peu les hanches en vous mettant une petite claque sur les fesses. Et non, là non plus ça ne sonne plus comme avant.

Allez, faites un clin d’oeil au miroir, maquillez-vous de votre plus beau sourire et le tour est joué. Alors, ça donne quoi ? Pas maaaal… et oui mesdames, vous êtes toujours aussi belle. Vous le resterez toujours car même à cent ans vous le serez toujours, belle de jour et de nuit.

Il arrivera un âge où l’esprit l’emportera sur le corps car non mesdames, vous n’êtes pas qu’un bout de chair, vous êtes une étoile sur fond de terre. Tout le monde sait que la femme brille par sa présence, sa douceur et son amour. Qu’il en soit ainsi encore très longtemps.

D’ici-là mesdames, ne vous jugez plus devant le miroir, ce que vous y voyez n’est que le pâle reflet de votre image superficielle, vous êtes tellement plus belle à l’intérieur, là où le temps n’a eu aucune emprise sur vous.

Vous resterez à jamais la petite gamine aux chaussettes blanches et chaussures vernis. Mesdames, vous êtes vernies par la vie, fermez les yeux et retrouvez cette petite fille en vous.

Vous la voyez?
Elle est toujours là, jamais elle ne vous quittera car en votre for intérieur vous n’avez jamais grandi.
Mesdames, merci d’exister…

Soyez heureuses

Armand

Publié par

Armand Henderyckx

Armand Henderyckx est né en 1958 à Bruxelles, ce qui fait de lui un jeune retraité.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s